Polyphonie & cordes

chants

Les chants traditionnels : la polyphonie populaire.

Des chansons tendres, appelées aussi des chansons en lot, qui sont de belles chorales archaïques à quatre ou cinq voix, chantées par un groupe de 4 à 6 femmes, auxquelles s’ajoute parfois une voix masculine, à grave.

Ce sont les groupes préalablement organisés avec la distribution des voix qui portent le nom de chants polyphoniques populaires, et qui existaient autrefois dans de nombreux villages.

Ces chœurs polyphoniques se connaissaient déjà au XVI siècle, et qu’ils se sont maintenus dans la tradition du Minho, bien qu’ils aient maintenant tendance à disparaître ; ce ne sont pas des chants en contre-temps, en Alentejo, mais des chants, c’est-à-dire avec la mélodie en dessous et les voix harmoniques au-dessus, et où les parties entrent successivement, pour produire, dans les chœurs les plus complexes, une intéressante harmonie asymétrique qui s’enrichit de plus en plus jusqu’à la fin.

Les voix graves qui font entendre la mélodie sont appelées basses (contre- altos) et ce sont elles qui déclenchent le chant mélodique : mais l’une d’elles, qui prend le nom de basse, déplie parfois, en fonction de contrebasse, à la note inférieure de certains accords, comme à l’accord parfait de la dominante, dans les demi-cadences. Après la première ou première phrase des bas à la 5ᵉ mesure, entre le milieu (demi-soprano), que dans certaines localités appellent le “guincho”(Arcos de Valdevez), accompagnant la mélodie supérieure en 3e et parfois en 4e position, ou neuvième mesure, c’est qu’il commence généralement le “sobre-guincho” (soprano), appelé aussi désembuage ou raffinement, ou second moyen, selon les terres, harmonisant par voie de règle en 5ᵉ ou 6ᵉ des bas.

C’est dans la dernière phrase ou la dernière note du chant que l’on lève le “sobre guinho” ou fin, en exécutant la réplique des basses. Les notes de l’accord final sont extrêmement longues… La partie inférieure peut être chantée simultanément par deux ou trois basses (ou contreforts), mais pas plus d’un milieu, un ‘guincho’ et un ‘sobre guincho” dans l’ensemble… Le mouvement des voix est toujours direct et, dans certains passages obliques, se produisent des séquences de 5.as.. «qui est un processus heureux d’éviter la monotonie et de produire l’impression d’un allongement du chant populaire, toujours effectivement court… ».

 

"Les chants polyphoniques archaïques sont à couper le souffle"

Extrait de notre spectacle

Notre groupe folklorique portugais Vivências do Minho de Tourcoing, interprète nombre de chants polyphoniquesà capela ou accompagné de cordes traditionnelles.

Ces représentations chantées se déroulent lors de représentations thématiques sur le thème de travail, en effet ces chants étaient souvent entonnés lors de travaux exécutés en commun lors des divers tâches agricoles, ou exclusivement féminines. Travail du lin ou de la laine.

Les chants polyphoniques étaient aussi chantés lors de l’époque de la nativité. Pour annoncé la naissance de Jesus “canto ao menino”, pour fêter Noël “cantos de natal” ou pour souhaiter la bonne année et les Rois mages ” as janeiras”.

Notre groupe folklorique a déjà chantés lors de manifestations de marché de Noël ou expositions de crèches ces chants traditionnels qui ont eu un franc succès.

 

Aller au contenu principal